Imprimer

Quelques erreurs commises lors de la nuit de noce...

Écrit par Sheikh 'Abdel 'Aziz ibn Baz. Publié dans Mariage (notions de base)

Quelques erreurs commises lors de la nuit de noce...

Cette question à été posé à son excellence Sheikh Ibn ‘Abd Al ‘Aziz Ibn Baz (Qu'Allah lui fasse miséricorde) parmi les questions qui ont été posées à la suite d’une conférence qu'il a donné à l'Université " Al Wafa Charity " à Riyad et publiées dans le journal " Al Jazira " n° 4210.

Le juste milieu est souhaitable quand on veut se vêtir, il est inutile de gâcher des sommes colossales, alors que l’ensemble de la communauté pourrait en bénéficier dans un intérêt religieux et l'intérêt général...

Question :

Vous nous avez expliqué et rappelé que le fait de laisser traîner son vêtement pour l’homme, est strictement interdit, ceci est valable également pour la femme si cela est fait par arrogance…quel est donc, le jugement porté sur la robe de la mariée au long voile d’une longueur à peu prés équivalente à trois mètres et qui traîne derrière elle ? Et quel est aussi votre avis au sujet de la somme d’argent versée aux chanteuses lors du mariage ?

Réponse :

En ce qui concerne la femme, la Sounna dans ce cas, c'est qu’elle relève son vêtement d’un empan [Chibr] et que cela n’excède pas l’équivalent d’une coudée afin de dissimuler et ne rien laisser apparaître de ses pieds. Si cela excède une coudée, alors cela devient blâmable pour la mariée et pour toute autre personne, ceci est interdit. De plus, ceci n’est qu’un gaspillage d’argent dans l’achat de vêtements de valeur excessifs.

Le juste milieu est souhaitable quand on veut se vêtir, il est inutile de gâcher des sommes colossales, alors que l’ensemble de la communauté pourrait en bénéficier dans un intérêt religieux et l'intérêt général.

Pour ce qui est des chanteuses, il n’est pas autorisé de les faire venir en échange d’une forte somme d’argent. Par contre, la chanteuse qui fredonne des chants ordinaires, avec des paroles simples et épurées, à un certain moment de la soirée dans le but d’exprimer la joie et la gaîté et annoncer le mariage explicitement, alors il n’y a aucun mal à cela.

En effet, le chant et les tambourins, sont autorisés au cours d’une cérémonie de mariage, voir encouragé si cela ne renvoi pas un mal et que les femmes soient entres-elles et juste pendant un court moment de la nuit puis cela s’arrête sans veillée nocturne et sans hauts parleurs. Rien que des chants ordinaires qui font honneur au marié ou qui font un véritable éloge au mari ou à ses proches, des paroles de ce genre qui ne contiennent pas de vulgarités. Cela doit se dérouler exclusivement entre les femmes et aucun homme ne doit se trouver parmi elles, sans hauts parleurs. Et comme cela, il n’y a aucun mal à agir de la sorte. Conforme à la tradition suivie du temps du prophète (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui) et du temps des compagnons.

Par contre, faire figure d’arrogance [lors de la cérémonie] par la présence de chanteuses et leur donner de l’argent à foison, est un acte blâmable qui n’est pas autorisé. C’est aussi valable pour les hauts parleurs car cela ne porterait que préjudice à autrui, encouragerait les gens à veiller toute la nuit entière au point de rater la prière de l’aube (Al Fajr). Tout cela n’est que blâmable qu’il faut absolument délaisser.

Source : www.binbaz.org.sa - الحكم على أمور مخالفة تحدث في ليلة الزفاف

Majmou' Fatawa oua maqalat moutanayi'a - Volume n°21
de Sheikh Ibn ‘Abd Al ‘Aziz Ibn Baz (Qu'Allah lui fasse miséricorde)
Traduction rapprochée :
AbuKhadidja Al Djazairy